autoproduction : vivre de sa musique, ses chansons...

Interview Eric Lemaire auteur et chanteur du groupe OSFUB lauréat 2010 du prix de l'album autoproduit avec leur album la désherénce...
osfub photo du groupe Eric Lemaire
pochette la désherénce.jpg osfub photo du groupe

( Début de l'interview d'Eric Lemaire)
autoproduction.eu, suite de l'interview : - Pensez-vous que la France soit médiatiquement prête à recevoir des artistes au goût prononcé pour l'indépendance ?

C’était plus facile quand il y avait les radios libres et les fanzines !! Mais ces moyens ont été transférés sur le web, qui reste l’outil permettant de se faire connaître au plus grand nombre, malgré le nombre énorme de propositions musicales, qui rend le choix des auditeurs difficile.
Mais les médias classiques sont plus difficilement exploitables : la radio, par exemple, devient intouchable, les décrochages régionaux étant pratiquement inexistants, et les radios produisant de plus en plus elle-même les artistes qu’elles diffusent.
Nous avons présenté plusieurs fois nos albums à la Radio Suisse Romande, qui est un genre de France Inter suisse, ou en Allemagne. Ces radios semblent plus ouvertes à la découverte.
L’indépendance est vraiment compliquée face aux moyens mis en oeuvre en communication par les grosses compagnies de disques, souvent regroupées avec des médias nationaux, qui vendent de l’artiste au rayon des promotions.


- Où est distribué votre album ?

Notre album est distribué par Mosaic Music dans toute la France. Vous pouvez le commander dans toutes les grandes enseignes. Nos albums sont également disponibles sur le net, soit sur notre site en achat direct, soit sur les plateformes de téléchargement en achat au morceau.

- Où peut-on vous voir en 2010 ?

La tournée démarre à peine. On envoie en ce moment notre nouvel album à l’ensemble des programmateurs de salles. Et c’est ensuite la période relance, puis négociation !!! On sort d’une série de concert à Marseille pour la sortie de l’album et on sera à Montpellier puis en Allemagne prochainement.

Autoproduction
La chanson indépendante en Europe



- Avenir ?

Continuer à travailler notre musique, faire un quatrième puis un cinquième album, continuer à sillonner les routes de France, de Suisse et d’Allemagne pour se produire en concert, multiplier les rencontres…

La virtuelle rencontre avec SENEQUE... Sénèque, peu de temps avant sa condamnation à mort par Néron, écrivait à Lucilius



Sénèque : je n'estime point pauvre celui qui sait s'accommoder avec bonheur de ce qui lui reste

Eric Lemaire : C’est beau, mais c’est de la littérature : tous les jours, au quotidien, je vois des gens cassés par la vie, en expulsion domiciliaire, en fin de droit assedic, en expulsion du territoire. Je n’ai pas envie de laisser ces gens sur le côté, et je ne pense pas que ce qui leur reste leur permette de penser à leur bonheur.

Sénèque : garde-toi qu'une vaine gloriole de publicité n'entraîne ton talent à se produire devant un auditoire peu digne

Eric Lemaire : Je ne suis pas là pour juger si un auditoire est digne !!! Je leur chante mes chansons avec toute ma sincérité, en restant moi-même, et la reçoit qui veut. Le succès permet juste de continuer à bâtir librement son projet artistique. Se laisse bouffer qui le veut bien.

Sénèque : ceux qui paraissent ne rien faire font plus que bien d'autres

Eric Lemaire : Quand je vois le travail que peut représenter l’écriture d’un album, le nombre de répétitions pour le concert, l’image des saltimbanques feignants en prend un coup !!! Alors je ne dis pas que c’est plus dur d’être artiste que maçon ou banquier, mais ça demande au moins autant d’efforts !!

Sénèque : qui ne sait pas vers quel port il doit tendre n'a pas de vent

Eric Lemaire : Oui, dans un groupe, il faut des ports, des étapes, des projets, des objectifs. Une chanson, ce n’est jamais fini : on pourrait répéter à l’infini le même morceau, mais personne n’aurait l’occasion de l’entendre. Il faut sortir faire des concerts, prendre des risques, se frotter au public, défendre son projet artistique. Et l’énergie insufflée crée de l’énergie autour, qui vient nourrir à nouveau le projet.

Sénèque : la majeure partie de l'existence se passe à mal faire, une grande part à ne rien faire et la totalité à faire tout autre chose que ce qu'il faudrait

Eric Lemaire : C’est entièrement vrai, mais il y a ces moments magiques et indécis qui font basculer les vies, ces petits instants de rencontre qui font entrer le soleil par toutes les fenêtres, tous les combats au quotidien, qui font que l’existence se passe à essayer de faire au mieux.

Sénèque : rien n'est à nous, seul le temps nous appartient

Eric Lemaire : Et pour ceux qui ont fait du temps un ami qui les accompagne, ce parcours d’une délivrance à l’autre est le plus beau cadeau de la vie.

Présentation OSFUB par le site autoproduction.eu :

L'album récompensé est donc La déshérence, sorti en décembre 2009, où le groupe On s’fait une bouffe continue à creuser son sillon marseillais et francophone. L'album donc distribué par Mosaic Music, récompensé par le PRIX de l’ALBUM AUTOPRODUIT 2010

Avant il y eut : Portraits Crachés en 2004 et Un pas d’côté en 2006.
Et un 4 titres "de naissance" en 2002 Ché Morice

Ce n'est pas leur première récompense : Prix Léo Ferré d’Ecriture, Prix du public au Festival Sémaphore (Clermont-ferrand)

Et On s’fait une bouffe est un groupe de scène : des centaines de concerts en France et à l’étranger. Des passages aussi dans les festivals : Montreux Jazz festival en Suisse, Festival International de Martigues...



Votre commentaire...



autoproduction.eu : COPYRIGHT - CONTACT

Et Quelques sites amis.